Carnet

Vietnam

2 Carnets de voyages au Vietnam
Hué, Lénine ! ... relève-toi ils sont devenus fous !, par David le 10/2002
Hué

Nous voici dans la bonne ville de Hue, l`ancienne capitale des empereurs du Viet Nam , construite autour d`une magnifique cité interdite , du même style que celle de Pekin. Hue c`est aussi là que c`est déroulée une des plus grande bataille de la guerre américaine : l`offensive du Tet en 1968 où les vietcongs ont réussi a mettre en fuite les GI`s de l`oncle Sam et à faire flotter leur drapeau sur l`entrée de la citadelle pendant plus de 3 semaines avant que Rambo et ses copains reprennent leurs esprit et rasent la ville a coup de B 52 (oui, oui , les mêmes qu`en Afganistan !).Pour ceux qui ne situent pas bien regardez "Full Metal Jacket" de Stanley Kubrick ça se passe à ce moment là et c`est un petit chef d`oeuvre. Dieu merci il reste tout de même beaucoup de choses a voir, les bombes étaient moins efficaces a l`époque. Ah le progrès !!!
Nous avons donc visite la cité interdite qui commence à peine a etre restaurée , car le regime de la "république populaire et démocratique du Viet Nam" vient de s`apercevoir que le tourisme ça rapportait beaucoup plus de pognon que la vente des cassettes du dernier comité central du parti, et le pognon, finalement c`est pas si mal , ça permet entre autre de nourir le peuple et d`envoyer les gamins à l`école pour y apprendre par coeur les brillantes realisations de l`oncle Ho. Mettant de coté ses grands principes, à en faire mourir Arlette , l`etat retape donc tranquillement les chefs d`oeuvre de l`ancien régime féodal, bourgeois et corrompu. Loin de moi l`idée de vouloir introduire de la politique dans l`architecture mais franchement la cité interdite ça a plus de cachet que le mausolée d`Ho Chi Minh à Hanoi!
Donc , la cité interdite c`est beau ! Ensuite nous avons vu le tombeau de l`empereur Tu Duc un peu en amont sur la rivière des parfums (tout un programme!). Un type bien ce Tu Duc, 104 femmes et d`innombrables concubines ( plus de 800 ! ) , un mode de vie très simple : 50 à 80 plats par repas , tous d`un cuisinier différent , 5 femmes dans son lit tous les soirs avec une trentaine d`autres devant dormir nues au pied de son lit. Un petit peu de travail dans la journée mais pas trop, il préférait la poésie , ben tiens ! A ce titre il déclamait des vers devant la cour , obligée de rester à l`écouter sous peine de punition sévre, la décapitation étant une punition légère ! Bref, un esthète.
Egalement a noter , une rencontre fortuite dans la rue avec un petit vieux parlant parfaitement français. Nous avons passé une matinée entière avec lui pour lui faire raconter ses souvenirs d`ancien fonctionnaire de la mairie de Hue du temps des français. Son père était sculpteur et avait eu la chance d`être invité à Paris pour l`exposition universelle. Il nous a raconté son amour de la littérature française, le départ des colons "qui ont tout construit au Viet Nam", l`arrivée des américains qui "bombardent tout et puis s`en vont !" et l`arrivée du vietminh avec son cortège de règlements de comptes et de massacres. L`année qu`il a du passer en camp de "rééducation" en tant qu`ancien collaborateur des colons impérialistes , et puis ses onze enfants et sa petite fille qui vit en France et puis .......... il nous a demandé de l`argent ! pas pour lui mais pour sa femme !
Décidément c`est une manie dans ce pays !

Lénine ! ... relève-toi ils sont devenus fous !

Nous voici de retour à Hanoi.
Nous nous sommes accordés quelques vacances avec Pauline. 10 jours sur l île de Cat-Ba, dans la baie d'Halong, avec rien d'autre à faire que de se lever le matin au bruit des vagues et bouquiner toute la journée.
J'ai fini un super roman vietnamien "the sorrow of war" par Bao Dinh. Il raconte sa guerre contre les américains et surtout l'immense détresse qui a suivi son retour à la vie normale, la solitude, la joie des vainqueurs et les amis perdus. Un magnifique témoignage écrit dans une douce mélancolie à la John Irving. Je vous le conseille, si vous voulez avoir une autre vision de la guerre du vietnam. Les vietminh ne sont plus des petits hommes jaunes et fourbes comme dans les films hollywoodiens, ils s'incarnent en êtres humains subitement, avec des peurs, des joies, des lâchetés, sans aucune condescendance patriotique de la part de l'auteur. C`est peut-être pour ça que le roman n`a pas eu le droit d`être publié en Vietnamien, pas assez héroïque ! La bonne vieille censure à la mode Ho Chi Minh.
Hier à la télé (VTV 3, chaîne patriotique et révolutionnaire) nous avons été témoins d`un spectacle complètement surréaliste. Une émission de variété (décor à la Pascal Sevran) avec des beaux militaires vietnamiens qui chantaient des chants révolutionnaires soviétiques devant une place rouge stylisée en carton pâte et sous le portrait de Lénine délicieusement rafraîchi par la neige artificielle qui tombait sur les sapins en plastique (subtile évocation de la Russie soviétique). Je doit avouer que voir devant ces beaux soldats des jeunes et jolies vietnamiennes habillées en Babouchka russes danser le kazatchoc est une épreuve dont on ne se remet pas de sitôt. L`émission semblait célébrer la grande fraternité communiste vietnamo-sovietique en chanson. Il faudra juste leur dire que y`a plus de soviétiques en Russie, ils sont pas au courant. Quelle déception quand ils vont s`en apercevoir. L`oncle Ho va sans doute se retourner dans son mausolée. D`ailleurs il n`est pas là en ce moment. Parti pour Moscou pour l`entretien annuel. C`est que ça s'abime vite une momie sous la chaleur de l`Orient !
Bon a part ça, comme nous sommes à fond dans l`ambiance Lénine nous allons faire le tour des pays frères. La semaine prochaine nous prenons le train pour Pékin, 55 heures. A l`ambassade de Chine nous avons dû demander un visa double entrée pour pouvoir aller à Hong Kong ??? Je croyais que Hong-Kong avait été rendu à la Chine ! et bien pas administrativement visiblement. C`est sans doute pour empêcher les chinois d`aller trop se balader dans l`antre du capitalisme. Faudrait pas qu`ils soient tentés ! Mais nous, on est déjà pourris jusqu`à la moelle, ils pourraient nous dispenser de visa, et nous laisser aller claquer tranquillement nos dollars ... ! Au fait vous savez comment on l`a paye notre visa ?.... En dollars, tout se perd !
Un peu déprimé par la brutale prise de conscience que même au royaume des prolétaires tout foutait le camp, nous avons quitté l`ambassade de Chine, avons traversé le square Lénine (eh oui !) pour aller nous remonter le moral en face, chez les vrais de vrais : les sujets de sa vénérable grandeur illuminée, Kim Il Sung le magnifique, lumière du 20 eme siècle et des autres à venir ! C`est pas tous les jours qu`on croise une ambassade de Corée du Nord alors on a voulu se faire un petit plaisir.
Je vous décris la scène : Une petite villa, dans un style faussement colonial mais pas trop (faut pas faire bourgeois!) entourée de hautes grilles et dont les volets sont absolument tous fermés sans exception. Faisant le tour du bâtiment nous cherchons désespérément le panonceau "visas " ... rien ! En plus l`endroit ne respire pas l`intense activité. Nous nous apprêtons à partir lorsqu'une dame rentre alors dans le bâtiment. N`écoutant que mon courage je me précipite vers cette âme en déroute et lui demande ou se trouve le service des visas. 'Wait a minute " me répond-elle.
Effectivement une minute plus tard arrive un homme d`age mur au visage sympathique, certainement l`ambassadeur lui même, parce qu`a mon avis ils ne sont que 2 dans le bâtiment. Je lui explique naïvement que nous souhaiterions aller faire un peu de tourisme en Corée du Nord et que nous sollicitons un visa à ce titre. Il réfléchit puis me dit d`un air un peu embeté : "What is your country ?" - " France" réponds-je - " You know,... my country,....no individual tourism only group tourism,...you can go from China with special travel agency"
Visiblement ça doit être possible depuis la Chine. Nous nous regardons avec Pauline et la même idée semble germer dans nos esprits .On va essayer à Pékin !
Peut-être enfin réussirons nous à rencontrer des vrais communistes purs et durs. Notre moral légèrement dopé par cette perspective réjouissante nous sommes rentrés dans notre hôtel, gonfles à blocs. Je me suis jeté sur mon nouveau bouquin :"Ho Chi Minh, the man who made a nation" aux éditions du ministère de la rectification historique, vaste programme. Au bout de quelques pages je me retourne sur mon lit les yeux embués de larmes de joies, cet homme est dieu !
Encore un ! …

Retour